Produits d’entretien : la démarche éco-responsable

Produits d’entretien : un choix au quotidien

L’espace Montcalm achète ses produits d’entretien en écolabel ou écocert pour 90%. Nettoyer efficacement tout en respectant l’environnement, c’est possible avec nos produits d’entretien aux certifications écologiques ! Nos produits d’entretien éco-responsables, labélisés Ecolabel ou Ecocert sont élaborés à base de matières premières d’origine végétale, très concentrés et performants, sans phosphates et fabriqués en France.

EU Ecolabel

Logo EU Ecolabe 70px
La certification ECOLABEL est délivrée par l’Union Européenne. En France, la gestion et le cahier des charges sont gérés par l’AFNOR, l’Association française de normalisation. L’Ecolabel garantit :
• une efficacité comparable voire supérieure à celle d’un produit « traditionnel »,
• des impacts réduits sur le milieu aquatique,
• l’absence de certaines substances dangereuses,
• un effet limité sur la croissance des algues dans l’eau,
• des ingrédients en grande partie biodégradables,
• moins d’emballage.

Ecocert

logo ecocert 120px

La certification ECOCERT est délivrée par Ecocert, un organisme privé, agréé pour la certification agriculture biologique, qui développe des cahiers des charges autour de l’écologie (cosmétiques, détergents) et du commerce équitable.
Le label Ecocert garantit des détergents à base de substances naturelles et dépourvus de composants pétrochimiques et de composés issus de la chimie des silicones et/ou des halogènes. Il garantit également, l’acceptation et la législation que de certains produits de synthèse (issus de procédés chimiques simples et réputés difficilement substituables ou indispensables à la formulation).

L’écologie intégrale et le Cèdre

Notre groupement d’achat « le Cèdre » est engagé dans l’écologie intégrale, et propose toute une gamme de produits disponibles chez des fournisseurs référencés.

L’ÉCOLOGIE INTÉGRALE INSPIRE LE CÈDRE

Nous voulons contribuer au bien commun et participer à l’émergence d’un monde économique plus respectueux de l’homme et de la planète.

L’écologie intégrale nous inspire pour revoir nos propres pratiques ou mobiliser notre écosystème (adhérents et fournisseurs).

L’ÉCOLOGIE INTÉGRALE ? TOUT EST LIÉ !

Nous sommes des êtres de relation : relation à nous même, aux autres, à l’environnement, à Dieu. L’écologie intégrale invite à prendre soin de l’ensemble de ces relations.

Ladauto Si en est le texte de référence. Il s’inscrit dans la ligne de l’enseignement social de l’Eglise.

ET CONCRÈTEMENT AU CÈDRE ?

Nous avançons humblement sur ce chemin de conversion écologique en y associant adhérents et fournisseurs.

Quelques actions en cours :

  • attention portée à la qualité des relations entre nousavec nos adhérentsavec nos fournisseurs (formation de tous les collaborateurs à la Communication Non Violente) ;
  • création d’une équipe écologie intégrale de 3 personnes;
  • un directeur écologie intégrale présent au comité de direction ;
  • expérimentation de la sobriété au travail (éco-conduite, recyclage, compostage, réduction des impressions…) ;
  • formation et sensibilisation de l’ensemble des collaborateurs à la démarche d’écologie intégrale (2018-2019) ;
  • organisation d’un congrès sur l’écologie intégrale en 2016 ;
  • animation d’un groupe de travail en 2018 avec le cabinet Ose et agis sur les achats responsables avec des adhérents et des fournisseurs ;
  • intégration de critères extra-financiers dans nos appels d’offres ;
  • référencement régional permettant d’intégrer des fournisseurs locaux ;
  • intégration progressive dans nos référencements, d’offres et de fournisseurs pour accompagner les adhérents dans leur chemin de conversion écologique ;
  • mise en oeuvre de la solidarité
    • par notre activité de groupement (la mutualisation permet d’exercer la solidarité entre adhérents)
    • par l’attention aux plus fragiles
  • mise en place d’un réseau d’adhérents motivés par l’écologie intégrale ;
  • accompagnement des adhérents désireux d’entrer dans une démarche d’écologie intégrale.

 

lire l’article sur le site du Cèdre